Karine Minidré a créé Jok’Coeur il y a 4 ans. Sa « boîte à jouer » sous le bras elle sillonne la région pour animer des soirées. Elle vient de créer son propre jeu.

Le Jok’coeur est devenu itinérant. Il a quitté son bar à jeux de la Pommeray à Donges pour sillonner la région avec sa “boîte à jouer”. Le Jok’coeur s’appelle en fait Karine Minidré. Après un licenciement douloureux il y a quelques années, l’animatrice a rebondi en créant son entreprise. Elle a dans un premier temps ouvert un café dans la campagne dongeoise. Entre les tapas et le verre de l’amitié, les clients pouvaient s’adonner à des jeux de plateau, de cartes, de rôle et à tout âge. La gestion devenant trop lourde entre la restauration, l’animation et les charges, Karine a décidé de fermer mais pas d’abandonner la partie.

De l’entreprise à l’école

Depuis un an, elle propose ses animations à un public hétéroclite. Des séminaires d’entreprise aux clubs ados en passant par les formations management, les écoles, les mariages ou les commerces, elle se fait caméléon avec sous le bras sa panoplie de jeux originaux.

Première partie à Donges

Il y a quelques mois, Karine Minidré a naturellement basculé de l’autre côté du miroir en créant elle-même un jeu. “C’est au départ une commande de l’office socioculturel de Donges. Les animateurs m’ont demandé d’animer une soirée débat, avec des ados, autour de la prévention des addictions. J’ai eu l’idée de créer un jeu”, explique Karine. “La vie devant toi” est néet testé auprès des jeunes dongeois.

Faire grandir l’estime de soi

“Tout ce que l’on a à gagner dans ce jeu, c’est l’estime de soi”, explique Karine. Un plateau comme un chemin de vie, deux personnages (à jouer seul ou en équipe) à inventer, trois rêves à leur offrir, un dé pour “action”, “tuile” ou “cadeau”, des cases événements, des cartes “sentiments”, “besoins” et “aides”, de la patarev pour faire grandir l’estime de soi, le jeu est un parcours de vie avec ses embûches et ses joies, ses hauts et ses bas. “On met les joueurs devant un événement pas forcément négatif. On leur demande de décrire les sentiments que cela inspire, d’identifier leurs besoins et les aides qu’ils peuvent solliciter”, décrit la meneuse de jeu. Santé, famille, sexualité, amis, scolarité, les situations varient au gré du dé et des cartes. A chacun d’imaginer comment le personnage pourrait réagir. “Evidemment c’est aussi d’eux dont il s’agit. ça libère la parole. Ils prennent conscience que des solutions existent et que l’on peut être maître de son destin”, constate Karine.

Recherche éditeur

Depuis plusieurs mois, “La vie devant toi” tourne dans les structures. Karine Minidré a déposé des droits d’auteur auprès de L’INPI (institut national de la propriété industrielle) et démarche les éditeurs pour assurer la diffusion. “Les retours sont bons et j’ai des idées pour l’adapter à un public d’entreprise. La souffrance au travail, ça a aussi un lien avec l’estime de soi”, sourit le Jok’coeur qui n’a pas encore abattu toutes ses cartes.